Réforme des licences à la Fédération Française de Natation : le grand plongeon

 In Articles, Non classé

La réforme des licences de la FFN, un serpent de mer, devrait enfin voir le jour à partir de la rentrée 2018-2019. Les Présidents et Présidentes de clubs viennent de recevoir un courrier de la part de Gilles Sézionale – Président de la FFN – présentant le projet de cette réforme qui sera soumise à l’approbation à la prochaine Assemblée Générale qui se tiendra du 1er au 3 juin à Montpellier.

Actuellement dans les clubs on comptabilise environ 40% des adhérents licenciés à la FFN, contre 60% de non licenciés. Le calcul est simple : si tous les adhérents des clubs étaient licenciés, leur nombre total passerait d’environ 330 000 à près de 1 million et pourrait devenir la 3ème Fédération la plus importante de France.

Par la voie de son Président, la FFN entend ainsi « peser sur le débat politique et de montrer [sa] force pour obtenir plus de piscines, plus de créneaux et changer de modèles, en mettant [les] clubs au centre de l’apprentissage de la natation et de la gestion des équipements. »

60% de non lienciés

Bien que la plupart des clubs ont la volonté de « jouer le jeu » de leur sport et de leur Fédération, le rapport bénéfice/coût est largement négatif. A près de 40€ la licence pour un adhérent pratiquant la natation loisir ou l’aquagym par exemple, la décision de licencier tous ses adhérents pour un club est difficile financièrement. Un club de 400 adhérents dont 100 en école de natation et en compétition a un budget licence d’environ 10 000 €. En ajoutant les 300 pratiquants non licenciés la note s’alourdit de 30 000 € ! Pour quels bénéfices ? Les clubs en avancent souvent un seul : l’assurance incluse dans la licence. En réalité, en passant par un assureur tiers, le coût peut revenir à moins de 2 euros par adhérent. Le calcul est vite fait.

Une baisse des tarifs et un « bouquet de prestation » pour convaincre

La FFN cherche à rendre la licence attractive pour l’adhérent et pour le club : évidemment en proposant des licences moins cher « à 75% des licenciés » (la licence compétition subit elle une hausse) et un « bouquet de prestations » pour tenter de convaincre les derniers réticents : « licence numérique, réductions sur la billetterie des événements FFN, accès gratuit à la version interactive de Natation Magazine et réduction sur l’abonnement à la version papier, accès aux formations fédérales, accès gratuit à la version premium de l’application (contenus exclusifs, suivi des performances, coaching personnalisé, conseils pratiques, partages d’expérience avec la communauté « natation », géolocalisation des lieux de pratique…), 20% de réduction sur toute la boutique FFN, 10% de réduction sur tous les produits Tyr, offre de bienvenue au CIC, et bien d’autres offres exclusives auprès des partenaires de la FFN ».

Une nouvelle application

La FFN a inclut dans son « bouquet » un accès à une application. Vous ne la connaissez pas ? C’est normal l’appel d’offre a été publié le 19 avril et se termine le 22 mai. La sortie sur les stores est prévue pour septembre 2018. L’enveloppe budgétaire est de 30 000 à 120 000€. Ça peut paraître beaucoup mais c’est en réalité plutôt faible pour ce type de projet. Une application native basique mais bien faite, développée pour Android et iOS avoisine rapidement les 40 000€. Pour développer une application de qualité qui répond au cahier des charges, il faut sans doute compter entre 300 000 et 400 000 €.  Sans oublier les coûts de maintenance et d’évolution. Attendons la rentrée pour se faire un avis, si l’application sort dans les temps : en effet, les sociétés pouvant prétendre au développement de cette application ont généralement un carnet de commande bien rempli. Et sachant qu’il y a la période de vacances estivale entre les deux, une sortie en septembre paraît bien ambitieuse. Souhaitons tous que ce budget soit bien dépensé.

La bonne réponse aux besoins des clubs ?

La création de licences « loisir » et la baisse des tarifs de ces licences est indéniablement une bonne nouvelle pour les clubs qui va leur permettre plus facilement d’être enfin un club « 100% licence ». On peut regretter malgré tout la hausse de la licence compétition qui peut décourager certains clubs de licencier leurs plus jeunes nageurs qui ne participent qu’à une ou deux compétitions dans la saison. Ou simplement les plus petits clubs qui n’ont que des licenciés dont la licence va augmenter, alors même qu’ils ont un budget serré.

Les clubs manquent de bénévoles, subissent des baissent de subventions, ne peuvent pas toujours proposer les activités qu’ils souhaitent, bataillent pour obtenir des créneaux, ou pour ne pas en perde. Dans ce contexte, ils souhaitent surtout qu’on leur simplifie la vie et qu’on les aide dans leur quotidien. Ou plutôt qu’on ne leur complique pas, et ce n’est pas toujours le cas. Choisir de licencier c’est une chose, prendre la licence et la saisir en ligne en est une autre : il s’agit pour les clubs de saisir une par une (admettons que c’est assez rapide pour un renouvellement) chaque licence sur le service extraNat.fr©. Pour un club de 1000 adhérents, ça peut occuper un bénévole quasiment pendant un mois. Il existe pourtant des solutions pour gagner du temps. Autre exemple : l’organisation de l’ENF qui est complexe à mettre en œuvre et assez contraignant : formation des cadres, formation des examinateurs, déclaration et organisations des sessions de passage, obligation d’obtention du PassCompétition pour accéder à la compétition, etc. Mais peut être que l’ENF sera un prochain sujet de réforme de la FFN, qui sait ?

Les clubs eux seuls ont-ils la clef ?

Comme le Président le rappelle dans son courrier, « Il faut que chacun d’entre vous prenne conscience que la Fédération et ses ligues, au travers de cette réforme, prennent un risque financier important, évalué à 800 000 € pour la Fédération et à 500 000 € pour l’ensemble des ligues. » En effet, malgré le faible taux d’adhérents licenciés en moyenne dans les clubs, on compte environ 250000 des licenciés actuels dont le tarif de la licence va diminuer. Ce qui représente une perte sèche pour la FFN. Gilles Sézionale de conclure : « Si tous nos clubs licencient 100 % de leurs adhérents, alors l’équilibre financier sera retrouvé et nous devrions dépasser la barre des 500 000 licenciés. Sachez que c’est tout à fait possible et que vous seuls en avez la clef« . Ce qui est moins sûr. Saluons cependant l’entreprise audacieuse de la gouvernance.

 


 

Grille des tarifs des licences :

Recent Posts
Showing 16 comments
  • Elise
    Répondre

    Pourquoi une licence aussi chère pour les 11-15ans: que leur propose la FFN de plus que les 16ans + qui paieront une licence 10 euros
    C’est une tranche qui souvent n’est pas licenciee.
    Comment jusitifier un tel prix par rapport aux 16ans +
    22 euros !!! C’est énorme

    • Clément Réthoré
      Répondre

      @Elise c’est certainement du au fait que les nageurs de 11-15 ans sont concernés par l’ENF. C’est seulement après qu’ils iront vers une licence « natation pour tous » à 10€ ou vers la licence « compétition » à 50€. Mais peut être que quelque chose m’échappe…

      • elise
        Répondre

        L’ENF s’adresse pour notre part plutôt aux 6-11 ans ( Sauv’Nage, Pass’port et Pass’compétiton): rappelons qu’un enfant est Avenirs en compétition désormais dès 8-9 ans et il doit déjà avoir réalisé tout le parcours ENF.

        Rares sont ceux je pense qui commenceront la compétition à 15 ans, ( passeront donc le sauv’nage, le pass’sport de l’eau ou le pass’compétiton à 14/15 ans …) car ils viendront de découvrir la natation en club
        Donc à 11 ans , on termine le parcours ENF et on s’oriente vers la natation Loisirs ou la compétition: donc une licence à 10 euros ou à 50 euros (+ l’eau Libre ?…)
        Je félicite effectivement la licence Loisirs pour les 16 ans + à 10 euros.

  • JERLIN Laurence
    Répondre

    Bonjour,
    présidente d’un club qui licencie déjà l’ensemble de tous ses adhérents, je ne partage absolument pas vos commentaires et appréciations!! Au contraire de quel droit et sur quelle base estimez-vous que ça prend 1 mois à temps plein pour 1 bénévole? Preuve, et surtout pratique à l’appui, maximum une vingtaine d’heure (nous sommes + de 600). Que faites-vous des tensions et des incompréhensions qui existent actuellement au sein de nos départements entre clubs qui licencient et clubs qui se réfugient derrière une pseudo excuse du tarif pour ne pas licencier leurs membres? Comment peut-on espérer peser sur nos besoins de créneaux si on ne parle pas d’une voix + forte? J’ai reçu le courrier avant-hier et je me suis réjouis de ces propositions.
    Il y a des Fedes où la licence est obligatoire, sans négo. Là, on nous propose qque chose de nouveau pour essayer d’avancer, pour inciter avant d’obliger (soyons lucides c’est ce qui va arriver à CT…). Evidemment que c’est sans doute perfectible, mais pourquoi critiquer avant d’essayer?
    Personnellement, au nom de mon club je retiens le grand aspect positif de nous faire des propositions nouvelles et d’essayer de faire bouger les choses, et ça, ça se respecte!

    • Clément Réthoré
      Répondre

      Bonjour Laurence. Nous encourageons les clubs à licencier tous leurs membres ! Vous avez trouvé que l’article faisait une critique négative ce qui n’est pas le cas. Ce serait une excellente chose que tous les clubs licencient l’ensemble de leurs membres et je vous rejoint sur le fait que la voix de la FFN serait plus forte et que c’est important pour notre sport.
      Mais comment expliquer que 60% des adhérents des clubs ne sont pas licenciés? Pourquoi le constat n’est pas le même dans les autre sports? Ce sont à mon avis des questions importantes.
      En effet, je refuse de pointer du doigt les clubs qui ont souvent la volonté de licencier tous leurs adhérents, d’éviter les tensions, de « jouer le jeu » de leur Fédé et de leur sport, de ne pas être le vilain petit canard. Mais les difficultés financières sont souvent réelles et le dilemme n’est pas simple. Il n’y a parfois pas le budget nécessaire pour licencier tout le monde, ou alors faut-il qu’ils augmentent le montant des cotisations? Et quand les finances le permettent, il est légitime de se poser la question : développer mon club? rémunérer un cadre? financier des déplacements? équiper mes nageurs? Ou payer des licences? Pour quel retour? Je craint effectivement que la FFN doive faire des contrôles et menacer de sanctions.
      Concernant le temps à la prise des licences, ce sont bien les clubs qui me font ce témoignage. C’est peut être un peu surestimé, mais il faut compter tout le temps passé à la gestion globale des licences.
      Les clubs de natation ne sont pas tout à fait comparables aux autres sports : dans les autres sports, 100% ou presque des adhérents d’un club ont une pratique de compétition, sont inscrit en championnat, etc. la licence est donc obligatoire par nature. Ils n’ont d’équivalent (ou peu) de l’Aquaform, Aquabike, Aquagym, Forme Santé, Bien-être… qui fait qu’on en est à ce constat de 40% de licenciés.

  • Romain BARBAY
    Répondre

    Je suis Président d’une petite association de water-polo d’une grosse trentaine d’adhérents où les dirigeants, entraîneurs et bénévoles sont tous joueurs et participent au Championnat régional. Nous allons passer d’une licence à 36€ à 50€ !!!
    Nous ne roulons pas sur l’or et nous battons pour obtenir quelques financements locaux le plus souvent sans succès. Cette réforme va entraîner un surcoût annuel de presque 500€ !
    Ca ne parait peut être pas grand chose pour les plus grosses structures mais les plus modestes comme nous vont en souffrir…
    Absolument pas convaincu par cette réforme de la FFN qui, à mon point de vue, est surtout là pour engranger des revenus

    • Clément Réthoré
      Répondre

      Votre commentaire rejoint celui de nombreux clubs et je le comprend. Cependant, (je précise que je ne suis pas porte parole de la FFN) je ne pense pas que le but ici soit d’engranger des revenus mais plutôt des licencies. Puisque le coût va évoluer à la baisse pour environ 250000 licenciés, c’est plutôt un risque financier puisque la perte est sûre, le gain l’est moins… Peut être pouvez vous répercuter la hausse sur vos cotisations?

      • Romain BARBAY
        Répondre

        Je comprends votre argument et je sais bien que vous êtes étranger à la FFN mais de mon point de vue associatif, ça a énormément de mal à passer.
        Nous avons toujours tout fait dans les règles et pour faire un raccourci : Nous paierons plus pour que les autres clubs moins regardant puisse « être dans les clous » à moindre coût.
        Effectivement, la seule solution viable pour l’association sera de répercuter la hausse sur les cotisations des nos adhérents, et c’est loin de m’enchanter !

        • Clément Réthoré
          Répondre

          Ce qui est sûr, c’est que la FFN a un déficit d’image auprès des clubs qui ne se sentent globalement pas soutenus. A vous lire, cette réforme ne va pas dans le sens d’une « réconciliation »…

  • GUERIN Janine
    Répondre

    Bonjour, dirigeante d’un club, nous n’avons pas la possibilité de licencier tous nos adhérents sans augmenter les tarifs de façon importante. Lorsque les salaires, les lignes d’eau sont payés, et si l’on compte sur la diminution des subventions ou le maintien au même niveau depuis 7 ans, il est difficile de concilier apprentissage de la natation pour tous avec un tarif à moins de 200 euros et le paiement d’une licence à 22 euros. Nous n’avons pas la possibilité d’avoir plus créneaux, des sports onéreux comme le water polo avec des déplacements France entière, des compétitions de natation plus éloignées avec les grandes régions. Nous serions les premiers à licencier tous les adhérents mais licencier un enfant de 4 ans à 22 euros c’est un peu dommage, un tarif intermédiaire pour les 0-6 ans aurait pu être envisagé. Mais nous remercions quand même la fédé d’avoir enfin envisagé ce tarif « loisir ». Dommage que l’effort se fasse encore sur les associations Les salles de sport qui proposent des cours de natation pour des enfants, des cours d’aquagym, les kinès qui prêtent leur piscine pour les mêmes activités, autant de concurrence sans licence à prendre. Pour avoir une chance de voir tous les adhérents licenciés je pense qu’il faut une licence natation pour tous au même tarif de 10 voir 12 euros.

  • Jessyca
    Répondre

    On privilégie les grosses structures au détriment des tous petits clubs….
    Aucun potentiel d’évolution pour les nageurs qui ne pourront pas se confronter aux compétitions ave une licence loisir et les ENF3 réservé qu’au licence compétiteur?…
    Car il va falloir faire un choix entre axe de compétition et axe de loisirs…
    Les deux axes entraîneront trop de différence dans les tarifs et sera absolument ingérable…
    Merci à la FFN de signé la mort de petit structure

  • Christopher Bannay
    Répondre

    bénévole, dirigeant, et membre de bureaux ( natation et water-polo) depuis plus 20 ans dans plusieurs clubs, le constat est presque toujours le même: les sports aquatiques ne jouent pas avec les même règles que les sports co ou indiv du tableau du nombre de licencié.
    – L’obligation d’avoir des encadrants diplômés,
    – la location des lignes d’eau,
    – Le manque de créneau dans des piscines hors d’âge dans lesquelles les collectivités ne veulent plus investir… Devenir 3ème fédé en nombre de licencié permettra de montrer l’importance de nos sports aussi bien au niveau national que local et le besoin de nouvelles infrastructures.
    Le projet est ambitieux et les enjeux trop important ( de nouvelles piscines !!! ) pour ne pas s’impliquer et impliquer nos nageurs et nageuses.

  • MINAULT Régine
    Répondre

    Bonjour, je suis dirigeante d’un Club de Natation et viens de lire avec beaucoup d’attention les informations et les différents posts…Un enfant ENF va payer une licence à 22 € puis à l’obtention de son Pass’Compet, il faudra, si ce dernier souhaite nager en compétition, modifier le tarif de l’adhésion en cours d’année..cela me semble bien compliqué, et va engendrer des gains à la ligue mais mettre nos finances en péril….Et qu’en est-il du coût de la licence pour Bien Etre comme l’aquagym par exemple, devons appliquer le tarif à 10.00 € et nos poloistes pour lesquels nous allons régler une licence de 50.00 € pour quelques matchs disputés en N3…C’est une véritable catastrophe….

  • Ludivine
    Répondre

    Maitre nageur diplômé beesan et entraîneur bénévole d un club de natation course de 195 adhérents tous licenciés ffn

    Je ne suis pas pour la nouvelle réforme
    50 euros pour les nageurs compétiteurs c est honteux !
    Faux prétexte
    Les adhérents non licenciés dans les autres club ne représentent pas une grosse perte à la fédé tout ceci est une question d avoir plus d argent ,
    Si ils veulent mettre tout le monde d accord, tous les clubs doivent licencier tous leurs adhérents sans exception , mais pas une hausse allant jusque 50 euros pour les compétiteurs. Je ne suis pas d accord.
    Cette réforme est sans doute gagnante à la ffn mais pas pour les clubs, surtout pour ceux qui respectent le fait de licencier tout le monde. Grosse perte pour nous, c est une évidence

  • Richard
    Répondre

    Comme le président le rappel, les clubs ont seuls les clés !!!!
    si seulement on nous laisser s’exprimer !!!!

    Les petits vont payer pour les grands !!! ça me rappel quelque chose ou quelqu’un !!!

    ……………………………………………………

  • seclinswim@gmail.com
    Répondre

    la licence fédérale judo : il s’agit de l’inscription obligatoire à la fédération nationale. Elle s’élève en 2016 à 34 euros, que ce soir pour un adulte ou un enfant.

    et ils ont environ 6000 000 adhérents eux tous licenciés ,

    y a probleme quelque part : 316000 en natation

Leave a Comment