Permettre l’accès de tous à la natation !

L’handinat’ propose d’évoluer en milieu aquatique pour apprendre à nager, puis se perfectionner en fonction des potentialités et des contraintes de chaque enfant ou adulte en situation de handicap.

Les séances peuvent être individuelles ou collectives.

Les nageurs "handi" peuvent participer aux compétitions valides et handisport.

https://www.youtube.com/watch?v=e5538lja3BY

=> Contactez-nous pour une proposition adaptée.

 

La nageuse de La Roche-sur-Yon affiche de solides ambitions sur le 100 m dos et sur le 400 m nage libre à Rio aux Jeux paralympiques (7-18 septembre). Elle démarre ce vendredi.

Anaëlle Roulet, 20 ans, a démontré cette année que les espoirs la concernant étaient fondés. Pour ses deuxièmes Jeux paralympiques, cette amatrice de la chanteuse Sia espère confirmer et surtout prendre encore plus de plaisir. « Elle a emmagasiné de l'expérience », souligne son entraîneur Cyril Bourdeau. Son directeur sportif (équivalent du sélectionneur en handisport), Jean-Michel Westelynck constate que sa protégée a « franchi un palier tant sportivement que mentalement. »

Anaëlle, comment vous sentez-vous ?

Bien. La fin de la préparation, effectuée à Antibes, chez Élodie Lorandi, et à Saint-Nazaire chez Cyril Bourdeau, a été très bonne. La forme est là. J'ai aussi l'expérience des Jeux de Londres, où j'étais la benjamine de la délégation (7e du 400 m nage libre et 8e du 100 m dos).

Quelles sont vos attentes ?

Je veux faire de bons temps et prendre du plaisir. J'espère être proche ou sur le podium en 100 m dos et entrer en finale du 400 nage libre. Pour le 50 et le 100 m nage libre, on verra. Ce sera difficile. On a choisi, avec les entraîneurs, de nager ces distances pour entretenir le rythme et ne pas avoir de trop longues coupures entre mes deux spécialités.

Sur le 100m dos, vous allez pouvoir vous appuyer sur la médaille de bronze décrochée à l'Euro à Funchal au printemps...

J'espère que c'est un déclic. En tout cas, elle est arrivée au bon moment. Je commençais en effet à en avoir marre... Cela fait cinq ans que je suis au plus haut niveau, et je ne faisais que des finales. Jamais de podium. J'étais saoulée. Cette médaille m'a donné de la force et l'envie d'en gagner d'autres.

Le stage en Guadeloupe en début d'année semble avoir fait du bien au groupe France...

C'est vrai. Après les championnats du monde à Glasgow, où il n'y a eu aucun titre et pas mal d'échecs, il y avait de la tension dans le collectif. Ce stage nous a permis de nous retrouver hors compétition. D'échanger sans pression les uns avec les autres. De parler un peu de notre quotidien. Cela nous a fait du bien. Et a soudé le groupe.

Comment a évolué la concurrence dans votre catégorie (classe 10) (*) ?

Le niveau est devenu très proche de celui des valides. Ma catégorie de handicap est un peu la « classe fourre-tout ». Il n'est donc pas simple de se créer un chemin.

En quoi votre entrée à l'Insep, en début de saison 2014-15, a-t-elle été bénéfique ?

Après l'obtention de mon Bac S, j'ai ressenti le besoin de gagner un peu en autonomie. De sortir du nid familial. Sous la houlette d'Éric Braize et d'Éric Rebourg, j'ai augmenté mon volume d'entraînement dans l'eau et en musculation. Je pense avoir progressé au départ et lors des virages.

Quel regard portez-vous sur le triste spectacle offert par la natation française aux JO ?

C'est dommage car on aurait aimé voir les nageurs surfer sur la vague de Londres. Mais c'est ainsi. Il y a eu quelques images et réactions regrettables, mais les Jeux provoquent un vrai stress. Et puis, il y a quand même eu deux médailles d'argent. Il ne faut pas cracher dessus...

Recueilli par Julien SOYER.

Le programme d'Anaëlle Roulet à Rio. Vendredi 9 :50 m nage libre. Samedi 10 :100 m dos. Mardi 13 :100 m nage libre. Jeudi 15 :400 m nage libre.

(*) En natation handisports, les concurrents sont répartis en 14 classes. Non et mal-voyants : classes 11 à 13. Déficience intellectuelle : classe 14. Les autres sont répartis dans les classes 1 à 10 en fonction de l'impact de leur handicap sur leur motricité dans l'eau.

 

LA ROCHE-SUR-YON NATATION